Gisombre

Là où les rêves obscurs prennent naissance et où les fantômes des mortels s’attardent pour un temps.

GisombreLa Gisombre est l’écho ténébreux du monde mortel, un domaine crépusculaire qui est comme « l’envers » du monde et de ses habitants. La légende raconte qu’une obscurité surnaturelle grandit autour des vestiges de la matière brute qui servit à la création. Avec le temps, cette obscurité s’aggloméra pour prendre une forme similaire à celle du monde physique, mais plus sombre et lugubre, vibrant d’un pouvoir étrange et inattendu.

Cette terre obscure engendra ses propres enfants et attira d’autres êtres des différentes régions du cosmos. Elle finit par être habitée par une population de créatures diverses, certaines bienveillantes d’autres malveillantes.

La Gisombre est plus qu’un simple reflet obscur et déformé. Ce plan est la destination des âmes libérées de leur corps, le domaine des défunts, l’ultime étape des âmes avant leur voyage vers l’inconnu. C’est pour cela que la Gisombre attire l’attention de tous ceux qui s’intéressent à la mort. Le pouvoir et l’attrait de ce lieu ont même poussé Reine Corneille à quitter la Mer Astrale pour venir résider ici parmi les esprits, les gouverner et organiser leurs déplacements dans l’attente de leur inexorable dissolution.

La Gisombre est le reflet lugubre du monde physique, un lieu de ténèbres impénétrables aux paysages familiers et pourtant différents, qui offre des décors à couper le souffle et des visions à faire perdre l’esprit. C’est comme si un voile sombre et terne recouvrait en permanence ce plan. Demeure des morts, royaume des délaissés, refuge des damnés et des corrompus, terre natale de créatures misérables dont le chagrin et l’affliction sont légendaires, le plan de l’Ombre est tout cela, et bien plus.

La Féerie rappelle au voyageur le monde mortel, avec une exagération de la luxuriance végétale. La Gisombre est pareillement évocatrice du monde mortel, mais le reflet qu’elle en propose est bien différent. Les paysages, les êtres et les lieux familiers sont transformés, comme s’ils surgissaient de cauchemars à demi oubliés ou avaient été pervertis par la peur et le doute. Les dangers sont nombreux en Gisombre, et pourtant l’attrait de trésors perdus, de mystères étranges (notamment ceux de la mort) et de visions irréelles attirent les audacieux ou les insensés qui viennent éprouver leur courage en affrontant les forces des ténèbres qui gouvernent ce plan lugubre.

Malgré la sinistre réputation de la Gisombre, celle-ci possède néanmoins quelques lieux lumineux où ceux qui luttent contre le sentiment de malaise ambiant et la froideur réussissent à mener une vie presque ordinaire. En fait, pour beaucoup de visiteurs de Gisombre, le plan a plus de points communs avec le monde physique qu’il n’a de différences, ce qui est à la fois réconfortant et troublant.

SE RENDRE EN GISOMBRE

Les superstitieux disent que la Gisombre est en contact avec le monde physique dans tous les endroits qui ne sont pas touchés par les rayons du soleil. Ses entrées se dissimulent dans de vieux placards, parmi les seuils ombragés et sous les ténèbres étouffantes des donjons les plus profonds. Les gens ordinaires font un geste pour conjurer le mal ou murmurent une courte prière avant d’emprunter une rue sombre, tant est forte la peur qu’inspire la Gisombre. Ces appréhensions viennent des idées fausses que les mortels se font de ce plan, idées engendrées par la peur de la mort et de ce qui se trouve au-delà. La plupart des gens savent que lorsque la chair périt, l’esprit rejoint les ténèbres. Mais nul ne sait avec certitude ce qui se passe ensuite.

La Gisombre est un des plans les plus accessibles. Il arrive même que des voyageurs y pénètrent par accident. Les endroits où la frontière entre le monde et la Gisombre est particulièrement ténue sont qualifiés de croisées ombreuses. Certains de ces points de jonctions sont des phénomènes naturels, résultats d’anciennes conjonctions planaires ou de catastrophes. Ces croisées se trouvent souvent dans des lieux bas et obscurs, comme des combes boisées, des marécages couverts de brume, ou le fond de grottes et de ravines. D’autres jonctions se créent en des lieux où les forces de la mort sont prédominantes : cimetières, champs de bataille et autres endroits qui ont été témoins de nombreux trépas. Lorsqu’elles sont actives, les croisées ombreuses permettent aux voyageurs de passer du monde mortel au lieu correspondant en Gisombre (mais ne permettent pas toujours le passage en sens inverse).

Peu de croisées ombreuses sont en permanence actives. La plupart ne s’activent qu’à certaines conditions, comme à certaines heures du jour, ou durant certains jours de l’année, ou encore quand un phénomène céleste particulier se produit (à la nouvelle lune ou lors d’une éclipse, par exemple). Des voyageurs peuvent également activer des croisées en sommeil en utilisant le rituel Passage d’ombre, ce qui est plus simple que de créer un nouveau portail ou d’utiliser le rituel Portail planaire.

Une manière plus fiable d’accéder à la Gisombre consiste à utiliser l’un des nombreux portails reliant ce plan au monde physique. Ces points de contact portent généralement la marque indélébile de la Gisombre. Lugubres, froids et envahis par les ombres, ces endroits sont reculés, cachés dans l’obscurité et dans les replis des mythes et des superstitions. Les sites où s’ouvre un portail vers la Gisombre ont généralement des liens étroits avec la mort. Des oratoires grossièrement érigés à la gloire d’Orcus ou des temples clandestins de Vecna peuvent par exemple offrir un accès à la Gisombre.

Enfin, le moyen le plus simple mais le plus coûteux d’atteindre la Gisombre est d’utiliser le rituel Portail planaire. Obtenir la localisation d’un cercle de téléportation en Gisombre peut s’avérer difficile, car cette information est généralement un secret bien gardé. Il existe néanmoins de nombreuses connexions à la Gisombre, et les franchir ne fait pas toujours prendre un risque mortel. La cité de Port-Obscur en est un parfait exemple : ce port en voie d’engloutissement situé sur la côte d’une vaste mer déchaînée est un havre renommé pour les navires comme pour les voyageurs planaires.

Type : plan parallèle.
Taille et forme : la Gisombre est un plan parallèle aux dimensions et à la topographie identiques au monde des mortels.
Gravité : normale.
Mutabilité : normale.
Obscurité : la Gisombre étouffe les sources de lumière en réduisant de 50 % leur rayon. Par exemple, une torche y éclaire sur un rayon de 2 cases au lieu de 5 habituellement, et une lanterne sur un rayon de 5 cases au lieu de 10. Les lumières magiques ne sont en revanche pas affectées.

Gisombre

D&D4 - Les Débiles online Natha_Terrien Natha_Terrien